Slide toggle

Achetez et vendez des oeuvres d’art contemporain en ligne

Bandombe Galerie est une plateforme web favorisant la promotion, la diffusion et l’acquisition de l’art contemporain réalisées par des artistes talentueux africains.

Avez-vous une question ?

Lundi - Samedi : 09:00 - 18:30 34, avenue commerce et Lokele, Commune de la Gombe - Kinshasa - RD.Congo +243 823391110 contact@bandombe.com

Catégorie : Roncontre

Bandombe Galerie

A la rencontre de Mounou Koffi Désiré

A peine sorti des Beaux-Arts, la scène artistique internationale lui ouvre grand ses portes. Né le 28 octobre 1994 dans la ville de Buyo (au Sud-Ouest de Côte d’ivoire), Mounou Désiré Koffi a depuis toujours, un chemin tout tracé dans le monde de l’art. Cet artiste Ivoirien affirme son propre style en poussant les limites de la peinture avec une touche aussi séduisante qu’imprévisible. Il a décidé de donner une seconde vie aux téléphones portables usagers en utilisant les claviers et les écrans pour dessiner des silhouettes humaines, qu’il insère dans des décors urbains réalistes et hauts en couleurs. Ci-dessous les cinq questions à Désiré :

Comment définissez-vous votre style ?

Je me définis comme un artiste dans l’ère du temps. Mes oeuvres sont inspirées par les problématiques de mon époque : Sau­vegarde de l’environnement, Technologie, Liberté et épanouissement du peuple.

Qu’est ce qui vous motive dans votre travail ?

Mon travail est ma passion. Faire ce que vous aimez, vous motive naturellement. Je suis également motivé par le sentiment d’apporter une contribution pour un monde meilleur. Ce n’est pas encore as­sez selon moi, mais je suis boosté quand je fais le point des déchets électroniques que j’ai pu récupérer. En effet, avec mon art, j’ai pu recycler plus de 25.000 téléphones portables.

Comment votre pratique a-t-elle évolué au fil du temps ?

De l’école d’art à ce jour, je peux dire que mon art a évolué en recherchant constam­ment un facteur unique qui saurait boule­verser le spectateur, que ce soit émotion­nellement ou intellectuellement. Je ne me limite pas seulement à l’esthétique du résultat. J’ai au fil de la pratique et des an­nées développé un discours. Il n’est plus seulement question de produire du beau et du technique. Je veux communiquer avec celui qui regarde mes tableaux.

À quoi ressemble votre lieu de travail ?

Mon lieu de travail ressemble à un tableau, une scène qui trouverait bien sa place dans une de mes oeuvres. Je vis dans un quartier précaire, qui a des allures de bidonville ou qui en est un. Ça se discute ! (Rires). Cet environnement influence mon travail avec son ambiance, ses familles, ses travailleurs de l’informel. Mon atelier tient seulement sur 6 mètres². Il est exigu et à la fois chaleu­reux, réconfortant, favorisant concentra­tion et intimité avec mes tableaux.

Selon vous, y’a-t-il des qualités particu­lières à avoir pour être artiste ?

J’ai tendance à penser que l’artiste l’est dès la naissance. C’est inné. Parfois on le dé­tecte, parfois non. Mais c’est quelque chose qu’on a dès la base. On peut développer cette fibre, ou l’ignorer et l’éteindre. Pour moi l’artiste est aussi une personne parti­culièrement sensible, créative, critique.

Aujourd’hui Désiré bénéficie d’un espace sur bandombe.com pour la promotion et l’acquisition de ses oeuvres.