Slide toggle

Offrez-vous de l’Art contemporain en ligne

Bandombe galerie est une place de marché permettant aux amateurs d’art (expert ou non-experts) de s’offrir des œuvres d’art contemporain africain à des prix abordables. Notre équipe de sélection déniche chaque jour les meilleurs artistes contemporains de différents coins d'Afrique.

Avez-vous une question ?

Lundi - Samedi : 09:00 - 18:30 34, avenue commerce et Lokele, Commune de la Gombe - Kinshasa - RD.Congo +243 823391110 contact@bandombe.com

Journées d’Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : «Les galeries à l’œuvre»

Journées d’Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : «Les galeries à l’œuvre» 1

Au hall central de la Cité de la culture à Tunis, est installé un coin d’exposition pour les galeristes étrangers présents aux Journées d’art contemporain de Carthage 2019 (Jacc).


Sur cet espace baptisé «Les galeries à l’œuvre» se trouvait le stand de l’Ivoirien Ghislain Okoua, responsable de «5 Mondes Gallery». Ce jeune, galeriste basé à Abidjan, a déclaré que sa participation aux Jacc «constitue la première dans un pays arabe». Il compte sur sa présence en Tunisie pour «élargir mon réseau, en faisant connaissance du monde de l’art dans le pays, des artistes et des galeristes présents aux Journées». Le galeriste est tourné vers la diffusion de «l’art contemporain africain, spécialement sur le marché local».
Sur le stand de «Kelimat Galeri» de Turquie, la fille du galeriste parle d’une grande galerie vieille de 35 ans, initialement basée en Syrie. Actuellement, le siège de la galerie est en Turquie après avoir délocalisé à Istanbul, dit-elle. Plusieurs expositions se tiennent dans cette importante galerie de la capitale turque que son père «œuvre afin qu’elles soient un pont d’échange artistique entre artistes du monde arabe et ceux de la Turquie».
«Les galeries à l’œuvre» propose l’Art contemporain sous différents regards en présence d’autres galeristes du Danemark (Hollufgard Artist Residence Skulpturpark), de Libye (Galerie Eskender Arts), du Soudan (Galerie Dara Art), du Maroc (Galerie 86) et du Qatar (Katara Art Center).
Un grand bazar d’art s’est installé, samedi soir, dans les divers espaces ouverts de la Cité de la culture qui accueille, du 16 au 22 novembre, la 2e édition des Jacc. Une variété assez déroutante d’œuvres et d’expositions s’ajoutaient aux diverses activités en cours dans la cité, qui accueillait la clôture de la première édition du Festival national du théâtre tunisien.
Au sous-sol, dans le hall central de la Cité, est visible «Le national à l’œuvre», une exposition de 75 œuvres nées après la révolution par des artistes tunisiens et acquises par l’Etat. D’après le programme général, les œuvres exposées sont prêtées au Fonds national du ministère des Affaires culturelles.
Sous une tente improvisée pour l’occasion, sur la place des théâtres, se tient «L’international à l’œuvre», exposition d’art contemporain proposant les créations d’artistes de 16 nationalités, dont 21 sont des étrangers et 31 sont tunisiens.
Les organisateurs annonçaient que l’Art Contemporain et ses horizons multiples seraient au cœur de cette édition. Dessins, gravures, peinture, sculpture, photo, installations, art graphique, street art et mapping sont visibles dans les deux expositions où la peinture tient la première place par rapport aux autres formes d’art.
La participation à cette seconde édition des Jacc est de 7 galeries étrangères, 6 galeries tunisiennes, avec un programme spécial dans deux régions, 15 artistes tunisiens et 26 artistes étrangers. Un maximum de trois artistes est à noter pour chaque pays participant, à savoir l’Allemagne, le Sultanat d’Oman, la Syrie, le Koweït, le Soudan, le Qatar, l’Italie, la Libye, la Palestine, l’Irak, l’Algérie, l’Egypte et le Maroc.

La semaine des Jacc dans la capitale
Performances, projections et spectacles seront au programme de cette manifestation annuelle initiée par le ministère des Affaires culturelles. Les Jacc se tiennent en partenariat entre le ministère et l’Agence de mise en valeur du patrimoine et de la promotion culturelle (Amvppc). Les activités dans la capitale sont réparties entre la Cité de la culture, le Musée du Bardo, le Palais El Abdellia, Ennejma Ezzahra, ainsi que dans huit centres culturels d’ambassades accréditées en Tunisie.
Le musée du Bardo abritera une exposition intitulée «Dessin et gravure à l’œuvre» dont le vernissage a eu lieu dimanche, 17 novembre.
Les créations de plus de 30 artistes tunisiens seront visibles dans cette exposition dédiée aux différentes expressions artistiques.
En banlieue nord de Tunis, le Palais El Abdellia (à La Marsa), abritera l’exposition «L’affiche à l’œuvre» dont le vernissage est prévu aujourd’hui lundi 18 novembre (17h30).
Cette exposition est dédiée aux affiches des expositions d’art plastique, illustrant la variété des démarches créatives et mettant en lumière l’époustouflante inventivité de la culture de l’affiche. Elle sera marquée par la présentation de 87 affiches d’exposition nationales, d’arts plastiques (dessins, gravures, peintures, sculptures, photos…) ayant eu lieu dans différentes galeries entre 1972 et 2018.
A Sidi Bou Saïd, le Palais Ennejma Ezzahra abritera, demain mardi 19 novembre (9h30), un panel de discussion autour de «L’Art contemporain au prisme de l’interdisciplinarité», un thème déjà débattu à Kasserine et à Tataouine. Il verra la participation de six conférenciers d’Algérie, du Sénégal et de France, entre artistes, historiens de l’art, critiques d’art, commissaires d’exposition et galeristes. Sur le même thème, deux débats sont prévus jeudi 20 novembre à Ennejma Ezzahra et à la Cité de la culture.
Le festival se déroule aussi à Kasserine, Sbeïtla et Tataouine. Des workshops autour de la thématique «Le street art et l’art du Graffitti & les nouvelles technologies au service du patrimoine» ont eu lieu à Tataouine (28 octobre-6 novembre) et à Kasserine (1er-10 novembre).
Des spectacles, des performances artistiques et un hommage à 10 artistes tunisiens sont au menu de la cérémonie de clôture des Jacc 2019, vendredi 22 novembre (17h00) à la Cité de la culture.

Par LaPresse.tn

2 / 100 SEO Score

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *